Comment surmonter la solitude en tant que consultant indépendant ?

Comment surmonter la solitude en tant que consultant indépendant ?


la solitude

Un grand merci à Andrew Gook pour les visuels

En tant qu’indépendant, vous avez forcément expérimenté les journées un peu mornes pendant lesquelles rien ne vient vraiment perturber vos heures de travail. Ces moments où un café avec des collègues pour se dire des banalités semblent une perspective réjouissante.

Jusque là rien d’anormal. Une certaine forme de solitude est inhérente au métier d’indépendant. L’enjeu est de distinguer solitude et isolement et d’accepter la première tout en agissant contre le second.


Faites de la solitude votre alliée

Le besoin de contact est vital dès les premiers âges de la vie. A cette période, il est nourri par des stimulations et des caresses, qui si elles viennent à manquer produisent des carences chez le bébé et perturbe son développement. 

A l’âge adulte, le besoin reste présent mais la façon de le satisfaire se transforme et passe par ce que l’analyse transactionnelle nomme “les signes de reconnaissance”. Cela va du bonjour du matin aux échanges profonds et authentiques. Une personne privée de signes de reconnaissance est susceptible de mettre en place de nombreuses stratégies, en grande partie maladroites, pour en obtenir. Quitte à en recevoir des négatives plutôt que l’indifférence.

Ce qu’il est important de comprendre, c’est que l’expérience de l’isolement est profondément différente selon que celui-ci est subi ou bien choisi. Et il est possible pour passer de l’un à l’autre de changer de perception. Si vous vous sentez limité par ce facteur propre à la nature de votre métier, il y a de forts risques que l’isolement soit lourd à vivre. A l’inverse, cet isolement peut être vécu comme une solitude fertile*.

La ligne entre les deux, c’est le confort ou l’inconfort à être seul avec soi-même. Rester seul, sans distraction extérieure est un exercice que la société n’aide pas à cultiver. Mais c’est une capacité qui s’apprivoise en se connaissant mieux et s’éprouve en n’ayant plus peur d’être confronté à son univers intérieur. Plus encore, c’est un espace propice à la créativité. 

L’intensité du besoin de signes de reconnaissance varie d’une personne à l’autre et si vous vous portez très bien sans parler à grand monde toute une journée, voire plusieurs, il est probable que ce besoin soit moins fort chez vous. 

Selon votre personnalité, vous avez clairement plus ou moins d’appréhension à travailler de chez vous par exemple. Il n’empêche que ce besoin fort ou pas n’est pas à négliger car il participe à  votre équilibre.


Sortez de l’isolement

A priori, personne ne va venir frapper à la porte de chez vous pour vous écouter et échanger sans que vous ayez vous-même pris des initiatives. Si cela demande un effort, la bonne nouvelle, c’est qu’avec l’indépendance vient la possibilité de choisir avec qui travailler/échanger :

  • Trouvez-vous un/une partenaire de jeu !
    Une personne avec laquelle vous vous sentez à l’aise pour partager vos préoccupations professionnelles et vous motiver mutuellement.  Idéalement suffisamment proche pour comprendre ce que vous vivez mais sans enjeu de rivalité. 

  • Rejoignez une communauté et impliquez-vous.
    Communauté digitale, communauté physique, les deux fonctionnent. Cela offre l’avantage d’avoir des rendez-vous réguliers pour échanger et progressivement développer un sentiment d’appartenance.

  • Travaillez dans un lieu qu'on vous correspond !
    Que vous choisissiez un espace de coworking ou que vous investissiez un café propice au travail, voire même une bonne médiathèque, pour quelques heures ou à plein temps, ce sont autant de ruptures dans votre routine qui vous permettent de nourrir votre besoin de contact. 

  • Investissez-vous dans des activités extra-professionnelles :
    association, sport, etc. Cela n’est peut-être pas l’endroit où partager vos questionnements professionnels mais à coup sûr cela vous sortira de l’isolement.

  • Multipliez les rencontres :
    déjeuners, afterworks, petits-déjeuners voire vidéoconférences, tout est bon pour maintenir les contacts. 

  • Créez des rituels.
    Il est très satisfaisant d’avoir des rendez-vous fixes. Le décalage entre le rythme d’expert indépendant avec le monde des travailleurs salariés peut parfois nourrir le sentiment d’isolement. Quand les concepts de lundi, de vendredi ou de vacances sont devenus beaucoup plus flous, il peut être intéressant de réintroduire une organisation routinière.

Palier au manque de sociabilité est possible avec la mise en place de bonnes habitudes. Partager la solitude de la décision en revanche ne l’est pas car vous restez le seul et unique responsable en bout de course de votre activité.

La solitude est alors un paramètre à intégrer au même titre que l’incertitude. Nous vous suggérons de lire notre article Expert Indépendant : Avancez avec la part d'incertitude de votre métier sur le sujet.


Besoin d'outils et de ressources ? 
D
écouvrez notre bibliothèque gratuite de templates dédiés aux consultants.  



Tous droits réservés - 2019 KLEVR