Expert indépendant : avancez avec la part d’incertitude de votre métier

Expert indépendant : avancez avec la part D'INCERTITUDE de votre métier


Un grand merci à Alberto Bigoni pour les visuels

Le métier d’expert indépendant recèle une part d’incertitude à laquelle est moins confronté le salarié. Allez-vous trouver suffisamment de clients pour garantir votre rémunération? De quoi sera fait le marché l’année prochaine? Les questions peuvent tourner en boucle avec peu de certitude à la clé. Et pourtant, s’épanouir en tant qu’indépendant requiert d’avancer avec ces questions et d’intégrer l’incertitude comme un paramètre parmi d’autres. Nous voyons comment gérer au mieux l’incertitude liée à votre métier. 

La certitude a l’avantage d’être confortable, vous évoluez en terrain connu et maîtrisez au maximum les résultats de vos actions. Mais soyons lucide, la certitude n’est pas le terrain de jeu de l’expert indépendant. L’incertitude est plutôt ce avec quoi vous devez composer. Et pour cela, l’erreur est de se focaliser sur le manque de certitude car c’est cette perception de manque qui est génératrice  de stress. Il s’agit donc plutôt d’accepter l’incertitude.  Une fois délesté de ce poids émotionnel arrivent une plus grande créativité et une audace pour de nouvelles actions. 


Acceptez l’incertitude comme une part de l’aventure

Accepter l’incertitude et l’intégrer positivement requiert une forme de lâcher prise qui est lié à la confiance. Charles Pépin dans son ouvrage “La confiance en soi, une philosophie” envisage la confiance comme une alchimie de plusieurs facteurs: le regard des autres, la compétence et une confiance en la vie. Pour illustrer le premier facteur, il prend l’exemple d’un enfant qui apprend à faire du vélo. Celui-ci reçoit le soutien bienveillant de son parent pour se lancer sans les petites roues et cela suscite le premier élan de confiance. Second facteur: la compétence et la pratique. Impossible de construire sa confiance sans se sentir compétent et s’entraîner. 

Enfin, le dernier facteur est la confiance en la vie elle-même. En la matière, il prend l’exemple de pilotes de rafale qui décrivent leurs atterrissages de nuit sur des porte-avions. Exercice extrêmement complexe pour lequel ils ne peuvent se fier qu’aux instructions orales données par radio par l’officier. “Le pilote doit donc “s’abandonner” aux ordres de l’officier d’appontage”. La réussite de cet exercice requiert sans nul doute les deux premiers facteurs que sont les autres et sa propre compétence. Mais les officiers évoquent un troisième paramètre exprimé ainsi: “C’est clair, il faut avoir la foi!”. Et Charles Pépin affirme: “Cette confiance en la vie n’est pas une confiance en quelque chose. Elle est LA confiance. Et cette confiance première, d’une manière ou d’une autre, nous l’avons tous en nous. Nous ne la nommons ni ne la ressentons de la même façon, elle est plus ou moins forte selon l’enfance que nous avons eue, mais nous l’avons tous parce que nous sommes vivants”.

Il paraît alors qu’intégrer l’incertitude comme un paramètre acceptable et gagner en confiance sont les deux face d’une même pièce. Charles Pépin écrit: “Gagnez en confiance en soi exige donc une métamorphose intérieure: nous devons nous ouvrir en profondeur à l’acceptation de l’incertitude”.


Transformez l’incertitude en confiance

A partir de là, développer la confiance plutôt que nourrir la peur liée à l’incertitude repose sur la mise en place d’une stratégie: 

  • Entretenez des relations qui vous soutiennent. L’exercice d’un métier indépendant suscite de nombreuses réactions de l’entourage, qui craignant parfois que vous ne réussissiez pas, entretiennent le doute en vous. Choisissez avec soin les personnes avec lesquelles vous parlez de vos projets et entourez-vous de personnes qui croient en vous ou qui partagent votre désir de réussir en tant qu’expert indépendant.
  • Développez vos compétences. Plus vous sentirez sûr de vos compétences et plus la place prise par l’incertitude se réduira. Ces compétences vont tous azimuts, et notamment celle de trouver des clients. La démarche commerciale, comme celle de votre expertise métier, demande de l’entraînement.
  • Passez à l’action. C’est l’action qui clôt le plus efficacement le bec aux doutes que suscite l’incertitude. C’est dans l’action que se rencontrent vos aspirations et le réel et que peuvent jaillir les réponses. 
  • Décidez. La décision est au cœur d’une vie professionnelle réussie. Ce qu’il ne faut pas confondre avec le fait de choisir. Choisir, c’est se baser sur des faits, des chiffres. Décider en revanche, se pose quand les faits ne suffisent pas à savoir ce qui va réussir et qu’une part d’incertitude demeure. “C’est parce que nous ne savons pas qu’il nous faut décider!”, Charles Pépin. Ces décisions ce sont votre offre, votre stratégie commerciale, etc.
  • Ecoutez-vous. C’est en étant plus proche de ce que vous dicte votre intuition que vous gagnerez en confiance. En effet, si vous ne pouvez totalement maîtriser les événements extérieurs, il y a un espace à conquérir, c’est vous-même. Et cela se fait en vous connaissant mieux et en vous écoutant.

Pour finir sur une citation de Charles Pépin dont la pensée imprègne cet article: “Nous souffrons parce que nous voudrions choisir là où la vie nous demande de décider”. Cela résume au fond l’enjeu de l’incertitude.

Si vous aviez toutes les réponses à toutes les questions que posent le métier d’expert indépendant, il vous suffirait de faire des choix. Gagner en confiance est sans nul doute le chemin pour ne plus vouloir choisir, mais décider.


Inscrivez-vous à notre veille thématique mensuelle et accédez en
avant-première à nos meilleurs articles et à nos meilleurs outils.
Pas de spam, on reste entre nous. 


Écrire commentaire

Commentaires: 0